Etude de deux métaux lourds dans le poisson de fleuve au mali

  • Youssouf Konaté
  • Salimata Coulibaly
  • Aminata Harby
  • Farmata Maïga
  • Dioumé Diarra
  • Mamadou Sako
  • Mamadou Souncalo Traoré
  • Mouctar Coulibaly

Résumé

Cette étude avait pour but de contribuer à l’amélioration de la qualité sanitaire des poissons pêchés et fumés au Mali. Réalisée en 2O12, Il s’agissait d’une étude transversale quantitative et qualitative par questionnaire et prélèvement d’échantillons de poissons frais et fumés pour analyse auprès de 80 transformateurs de poissons frais péchés dans les fleuves en poissons fumés. Les principaux résultats obtenus ont été : le four traditionnel en banco était utilisé dans 58,75 % des cas ; le bois était utilisé comme combustible par 67,75% des transformateurs et la bouse de vache par les autres; le poisson fumé était gardé dans des cartons de récupération et dans des nattes tissées localement dans 66,25% des cas ; l’enlèvement des déchets était quotidien dans seulement 33,75% des cas. Pour le poisson frais 53,75% des échantillons contenaient du mercure avec une valeur moyenne de 0,047 mg/kg MB et une maximale de 0,270 mg/kg MB pour une norme européenne de 0,500 mg/kg MB et 71,25 % contenaient du plomb avec une valeur moyenne de 0,020 mg/kg MB et une maximale de 8,570 mg/kg MB pour une norme européenne de 0,300 mg/kg MB. Pour le poisson fumé tous les échantillons contenaient du mercure avec valeur minimale de 0,010 mg/kg MB, une moyenne de 0,200 mg/kg MB et une maximale de 1,260 mg/kg MB et 95% contenaient du plomb avec une valeur minimale de 0,020 mg/kg MB, une moyenne de 0,270 mg/kg MB et une maximale de 3,460 mg/kg MB. Aussi la valeur moyenne de plomb pour le poisson fumé au bois était de 0,285 mg/kg MB contre 0,248 mg/kg MB pour celui fumé à la bouse de vache avec un test statistique de Kruskal –Wallis significatif.

Publiée
2018-10-26
Rubrique
Articles oringinaux